Les pilotes cités dans le titre ont tous plusieurs points communs : Ils sont présents en Formule 1 depuis au moins 5 ans, Ils n’ont jamais gagné de Grand Prix, et ils se retrouvent englués dans des écuries de milieu de grille.
Pourtant, ce n’est pas le talent qui leur manque. Alors pourquoi ces pilotes approchant de la trentaine (Grosjean a déjà 30 ans) se retrouvent-ils en concurrence avec  de plus jeunes pilotes pour rejoindre des top teams? Dans cet article, j’essayerais de fournir des éléments de réponses.

Les pilotes “Malchanceux”

Romain Grosjean, la seconde chance

Romain Grosjean pilotes

Romain Grosjean

Grosjean n’a pas eu un début de carrière idéal. Il est arrivé en cours de saison 2009 chez Renault en remplacement de Piquet Jr après le scandale du Crashgate. Associé à Fernando Alonso, l’un des meilleurs pilotes en activité, la comparaison avec son coéquipier fût désastreuse. Grosjean ne marquera aucun point et se retrouvera sans volant à l’issue de la saison.

Cependant, il ne baissa pas les bras et retourna en GP2 en 2011, où il gagnera finalement le titre, avant d’effectuer son retour en Formule 1 avec Lotus. Il ne déméritera pas face à Raïkkönen, mais l’expérimenté Finlandais réalisera une excellente saison, glanant même une victoire à Abu Dhabi.

2013 fût probablement sa plus belle saison. Il a réduit l’écart avec son coéquipier, signé quelques podiums et il aurait même pu gagner une course au Japon, après un départ canon. Suivirent deux saisons en retrait à cause d’une mauvaise voiture puis, fin 2015, Romain signa chez Haas F1 Team. Ce choix fût motivé en grande partie par le rachat tardif de Renault ainsi que la perspective d’un volant chez Ferrari.

Malheureusement, à l’heure actuelle, Romain est assez loin du volant de Raïkkönen. En effet, son passage chez Haas pour la saison 2016 le fait maintenant évoluer en fond de grille. Désormais, il semble lié à l’avenir de l’écurie. J’espère que la voiture 2017 lui permettra de montrer ses qualités de pilotes, car son talent est indéniable.

Nico Hülkenberg, le mauvais timing

Nico Hülkenberg pilotes

Nico Hülkenberg

On ne peut pas dire que “Hülk” soit le plus chanceux des pilotes. Après une première saison en Formule 1 plutôt correcte chez Williams où il a  montré de belles choses, notamment au Brésil, où il signa sa 1ère et seule pôle position sur une piste séchante, Williams décide de ne pas le conserver.

Sans volant pour la saison 2011, Williams lui ayant préféré Maldonado et son argent, Hülkenberg devient pilote essayeur chez Force India, avant de devenir titulaire en vue de la saison 2012. Cette saison fût certainement sa meilleure : Il a éclipsé son coéquipier, Paul Di Resta, qui jouissait d’une très bonne réputation après son titre en DTM ainsi que sa saison 2011 prometteuse. Il passe très près d’une victoire au cours de la dernière course de l’année, encore une fois au Brésil. Malheureusement, un accrochage avec Hamilton le privera de ce premier succès.

En 2013, il choisit de poursuivre sa carrière chez Sauber, avec pour objectif de rejoindre Ferrari en 2014. Il signera même un pré contrat avec la Scuderia. (http://www.nextgen-auto.com/Hulkenberg-aurait-un-pre-contrat-avec-Ferrari,69973.html) Malheureusement pour Nico, Ferrari préférera embaucher Raïkkönen pour épauler Alonso en vue de la saison 2014.

Hülkenberg retournera finalement chez Force India, en attendant une opportunité de rejoindre une écurie pour huppée. Fin 2016, il signe chez Renault, que nous ne pouvons pas encore appeler un top team. Cependant, le budget est là et l’écurie française vise le titre à moyen terme. Je pense que le pilote allemand mérite d’avoir une voiture capable de jouer la gagne sur au moins une saison…

Sergio Pérez, une marche trop haute

Sergio Pérez pilotes

Sergio Pérez

Après une première saison d’apprentissage en 2011, le pilote mexicain s’est imposé comme une référence de la Formule 1 au cours de ces dernières années. Arrivé avec l’étiquette d’un pilote payant, il a su prouver sa valeur et il s’est forgé une solide réputation chez Sauber, l’écurie de ses débuts. En 2012, il signa son premier podium en Malaisie au terme d’une course folle remportée par Fernando Alonso.

Au cours de cette saison 2012, il se fait remarquer grâce à ses bons résultats. Il signe chez Mclaren pour la saison 2013 en remplacement de Lewis Hamilton, parti chez Mercedes. Peut-être que c’était trop tôt. Pérez ne déméritera pas face à l’expérimenté Jenson Button. Mais la voiture ne sera pas performante et Pérez aura du mal à montrer de quoi il est capable. Mclaren décida donc de ne pas le conserver et Pérez signera chez Force India en vue de la saison suivante.

En 2014,2015 et 2016, Pérez retrouve la performance avec Force India. Il domine son équipier et il signe de nombreux podiums, démontrant son opportunisme et sa qualité de gestion des pneumatiques. Pour 2017, aucun baquet de top team n’étant libre, il choisit de poursuivre l’aventure chez Force India.

Conclusion

Ces trois pilotes, pourtant au talent indéniable, risquent de passer à côté d’une belle carrière en Formule 1 à cause de la longévité de certains pilotes. (Alonso, Raïkkönen, Massa…) De plus, ils doivent maintenant se frotter à une jeune concurrence (Ocon, Verstappen, Vandoorne…)