[Saison 2018]

Raïkkönen peut-il rivaliser avec Vettel ?

Gaëtan K., Créateur de F1 Project 4

6 Mai 2018

Kimi Raïkkönen n’a jamais semblé aussi performant depuis son retour chez Ferrari en 2014. La SF71H semble lui convenir à merveille, ce qui remet en question son rôle au sein de la Scuderia. En effet, Kimi se montre régulièrement aussi voir plus rapide que son équipier Sebastian Vettel!

Pourtant, en terme de points, le début de saison du Finlandais est un peu décevant. Avec 48 points au compteur après 4 courses, on a un peu le sentiment d’un beau gâchis. Raïkkönen a été “utilisé” à plusieurs reprises par son écurie pour favoriser la course de Vettel.

La Scuderia Ferrari ne se rends pas compte qu’elle est peut-être en train de sacrifier le titre Constructeurs au profit de Mercedes. Si la situation est similaire chez les Allemands (Bottas est clairement un n°2), Valtteri a au moins le droit de finir devant Hamilton…

https://www.facebook.com/f1project4/

Grand Prix d’Australie : Une stratégie “d’équipe”

Petit rappel du Grand Prix d’Australie pour ceux qui ont déjà oublié : Ferrari avait l’avantage numérique sur Mercedes, Bottas ayant crashé sa voiture en qualifications. Partant devant Vettel, Kimi réalise un bon départ et reste dans le sillage d’Hamilton au cours du premier relais. Le pilote Finlandais est alors appelé par la Scuderia pour tenter l’undercut sur Hamilton, qui s’arrête un tour plus tard. Vettel continue en piste et profite de la VSC causée par l’unsafe release de Haas pour changer ses pneus et ressortir en tête. Il conservera sa première place jusqu’au drapeau à damiers.

C’était une belle stratégie d’équipe, mais c’est encore une fois Raïkkönen qui en a fait les frais. Kimi a été arrêté au 18ème tour, alors que ses pneus étaient encore performants. Vettel a donc eu la piste libre pendant 6 tours (Jusqu’à la VSC), et ses chronos étaient encore bons. Kimi s’en est d’ailleurs plaint à la radio : https://youtu.be/5sVsKTV_UCo?t=53s

Copyright : Ferrari

Grand Prix de Bahreïn : Un abandon au goût amer

À Bahreïn, Raïkkönen s’est qualifié en seconde position, juste derrière son équipier, pour 43 milièmes d’écart. Kimi réalise un départ moyen et se fait passer par Bottas au premier virage. Il conservera cette 3ème place jusqu’à l’incident survenu pendant son arrêt aux stands : https://www.youtube.com/watch?v=AQ93U8dGFaE

Avec les 15 points qu’il aurait dû engranger en terminant à la 3ème place, Kimi pointerait à seulement 3 points de Sebastian Vettel au championnat pilotes!

“Kimi est là – au niveau de Vettel, je trouve -, et ce sera d’une grande aide pour Ferrari. Cela peut devenir une formule gagnante.” – Alain Prost.

Copyright : Ferrari

Grand Prix de Chine : RaïkkÖnen encore dans le coup

Encore une fois, Kimi est très proche de Sebastian en qualifications, lui concédant la pôle position pour 87 millièmes. Le dimanche, Raïkkönen prends la meilleure impulsion et se porte à la hauteur de son équipier, qui lui ferme sèchement la porte au virage n°1. Résultat, Raïkkönen doit freiner brusquement, ce qui permet à Bottas et à Verstappen de passer devant lui.

Ferrari décidera alors de laisser Kimi en piste pour un temps inexplicablement long lors du premier relais, lui faisant perdre de précieuses secondes sur Vettel et le reste de ses adversaires. Sans la Safety Car intervenue en piste après l’accrochage Gasly-Hartley, le pilote Finlandais n’aurait jamais pu monter sur le podium.

Grand Prix d’Azerbaïdjan : Kimi laisse la pôle s’échapper

Alors qu’il était en train de réaliser le tour parfait, “Iceman” commet une erreur dans le dernier virage avant la grande ligne droite du circuit de Baku, ce qui le contraint à partir au 6ème rang. Encore une occasion manquée pour le pilote Finlandais.

En course, Kimi s’accroche avec Esteban Ocon au premier tour et tombe au 13ème rang, avant de remonter au classement lors d’un Grand Prix spectaculaire. Il terminera l’épreuve à la seconde place après l’erreur de Vettel à la relance et l’abandon de Bottas sur crevaison.

Copyright : Ferrari

Conclusion :

Raïkkönen n’a pas été très bien servi par son équipe, mais il a également sa part de responsabilité dans ce début de saison un peu mitigé. Rivaliser avec Vettel ? En terme de performance pure, l’écart entre les deux est faible. Cependant, la philosophie de Ferrari sera certainement un frein pour les aspirations du pilote Finlandais. Gagner une course cette année ? Oui, c’est possible, mais seulement si Vettel abandonne ou n’est pas dans le coup…

N’oubliez pas de soutenir le site en suivant F1project4 sur Facebook : https://www.facebook.com/f1project4/