[Saison 2018]

Haas F1 Team devant Force India, Renault et Mclaren ?

Gaëtan, Créateur de F1 Project 4

18 Mars 2018

Il y a deux ans, pour les débuts de la nouvelle écurie Haas F1 Team, le pilote Français Romain Grosjean a réussi un tour de force en terminant à la 6ème place du Grand Prix d’Australie. Si la suite de la saison a été plus compliquée (Malgré une très belle 5ème place à Bahreïn signé Grosjean également), Haas s’est toutefois hissée à la 8ème place du classement final.

L’année suivante, l’écurie Américaine a continué sur cette bonne lancée en scorant 47 points, soit 18 de plus qu’en 2016. Si leur position au Championnat constructeurs est resté inchangée, Haas F1 Team a fait de réels progrès au niveau de la performance.

En 2018, les ambitions de Haas sont passées au cran supérieur. En effet, l’écurie a tellement impressionné le paddock lors des essais hivernaux que, selon Lewis Hamilton, Haas serait même la surprise de ce début de saison!

N’oubliez pas de soutenir F1 Project 4 en rejoignant la page Facebook : https://www.facebook.com/f1project4/

La collaboration avec ferrari porte ses fruits

HRT, Caterham, Marussia… Vous vous souvenez certainement de ces petites écuries arrivées en 2010. Aujourd’hui, ces équipes ont disparues, faute de moyens… Haas F1 team a choisi un autre chemin pour participer au Championnat du Monde de Formule 1 en s’associant avec la Scuderia Ferrari. L’écurie Italienne fournit donc tout ce qui peut l’être aux Américains, ce qui a facilité leur intégration.

Si le moteur Ferrari n’était pas encore au niveau du Mercedes en 2016, l’écart s’est réduit au fil des saisons et en 2018, le bloc Italien est presque aussi performant que son homologue Allemand. C’est donc un point fort pour Haas, qui dispose d’un petit avantage sur les monoplaces de Mclaren et de Renault, toutes deux équipées du moteur Français.

Grosjean Vs Magnussen (2017) : le bilan à la pause estivale : https://f1project4.com/le-face-a-face-8-grosjean-vs-magnussen/

Le meilleur châssis En dehors du top 3 ?

On ne doit pas en être très loin si Haas confirme ce que l’on a vu au cours des essais hivernaux. Si Ferrari, Mercedes et Red Bull semblent hors de portée des Américains, Romain Grosjean et Kévin Magnussen disposeraient toutefois d’un excellent châssis qui leur permettrait au moins de se battre contre Mclaren et Renault pour les gros points.

Haas devra toutefois être capable de scorer un maximum de points dès les premières courses de la saison car l’écurie Américaine ne dispose pas du même budget de développement que ses concurrents directs. Même si Haas part avec un petit avantage, ils risquent de se faire rattraper d’ici la trêve estivale.

“Le mieux, c’est de nous concentrer sur notre travail, et nous savons où nous pouvons progresser.”Romain Grosjean.

Grosjean : le problème des freins enfin réglé ?

Tout au long de la saison dernière, on a entendu Romain se plaindre énormément de ses freins. Il semblerait que le passage aux Carbone Industrie ait résolu ce souci. Et un Romain Grosjean en confiance avec ses freins, c’est un pilote rapide et efficace.

Si Haas arrive à bien exploiter son package, cela constituerait une belle opportunité de se montrer pour le pilote Français, avec pourquoi pas un volant dans un top team dès 2019 ?

Romain ne doit pas laisser filer cette chance. Battre son équipier Magnussen ne sera pas chose facile, mais le pilote Français semble toutefois être un cran au dessus du Danois.

 

Magnussen : Une chance de prouver sa valeur ?

Non retenu par Mclaren à l’issue de sa première saison en Formule 1 (2014) malgré des résultats honorables face à Jenson Button, Magnussen a eu droit à une seconde chance avec Renault en 2016. Il a convaincu Haas de le recruter à partir de 2017 et donc pour évoluer aux côtés de Grosjean. Le pilote Danois est un sacré client malgré sa réputation sulfureuse en piste : Il a en effet tendance à défendre très agressivement.

Cependant, 2018 pourrait bien être l’année ou tout s’emboîte idéalement pour Magnussen. Avec une monoplace performante, nous pourrons avoir un aperçu de son niveau réel et de ses limites face à Romain Grosjean. Après tout, Kévin n’a que 25 ans : il a encore un certain potentiel qu’il doit développer cette saison.

Conclusion

Au vu des temps réalisés et du programme de roulage effectué par Haas au cours des essais hivernaux, il est à peu près certain que l’écurie Américaine va progresser par rapport à 2017. La question est de savoir à quel point.

De plus, les commentaires d’Hamilton sur les performances de la monoplace conçue par Haas ne sont certainement pas anodins. Il y a un vrai potentiel chez les Américains. Maintenant, il va falloir l’exploiter de manière optimale, ce qui ne sera pas chose facile.

N’oubliez pas de soutenir F1 Project 4 en rejoignant la page Facebook : https://www.facebook.com/f1project4/